Une excellente réputation marocaine

JACARANDA-2016
Avec un taux d’ensoleillement maximal, des locaux vastes et confortables, des équipements comme je n’en ai encore jamais vu en France, des CDI pleins de livres… Oui, ils font peine à voir ces collèges et lycées français du Maroc!

Quelle drôle d’expérience que cette tournée marathon du Maroc, à laquelle j’ai été convié par le Prix Jacaranda. D’abord parce que je n’étais pas lauréat! Certes, on m’a dit que Jean-Claude Mourlevat (et son excellent « Silhouettes« ) n’avait qu’une seule voix d’avance sur Ma réputation, mais je dois surtout mon invitation à son indisponibilité à ces dates. Qu’il en soit donc remercié 😉

Ensuite, parce que c’était la première fois que je rencontrais des classes hors d’Europe, mais aussi que je foulais du pied le sol du Maroc, du Maghreb, et même du continent Africain. Une sacrée première, donc!

Je dois dire que le rythme des rencontres (quinze classes en trois jours et demi, sur trois villes) ne m’a pas laissé le temps de faire beaucoup de tourisme, et que je ne rentre ni bronzé ni reposé, mais l’accueil des documentalistes a été parfait, chaleureux et je reviens ravi. Des coups de cœurs pour Oublier Camille ou Les héros Oubliés dans chaque établissement, des élèves attentifs et vivants, des profs enthousiastes, certaines classes ayant fait jusqu’à 4 heures de transport pour venir me rencontrer. Merci encore à Catherine et Servane pour le trid au poulet, à Amine et Marie qui ont pris sur leur temps pour me faire visiter la mosquée et l’ancienne Médina de Casa, celle de Rabat, le Chellah, les Oudaias, et même l’expo Giacometti!

Je garde aussi le souvenir de questions originales d’élèves, comme « Est-ce que la littérature jeunesse est un cheval de bataille?« , et d’un élève de Marrakech qui m’a dit que j’étais « aussi bon animateur qu’auteur« . Je remercie donc les années d’animation d’anniversaires, de flicage de cours de récré et de gestion d’ateliers théâtre jeunesse qui m’ont préparé intensivement à ce versant inattendu du métier d’écrivain.

Bref, malgré l’avion, je reviendrai avec un immense plaisir. On me murmure d’ailleurs que cela ne devrait pas tarder 🙂