12 décembre : stéréotypes de genres en littérature jeunesse

Tellement d’actualité! Réservez vite vos places!

Remise du Prix Marguerite Bahuet à Brive 2017

Les lycéens et lycéennes du Lycée Marguerite Bahuet et leur professeur documentaliste étaient venus me remettre le Prix unanimement attribué à Ma réputation.

A tous merci puisque, de la même façon qu’un auteur jeunesse n’est pas un auteur par défaut, les adolescents ne sont pas un lectorat par défaut et que ce prix donne du sens à ce livre.

A nouveau Brive

Ce sera ma troisième Foire du livre de Brive, un grand salon, plein de gens talentueux et/ou de sommités de la littérature et des médias.

Un salon où je reviens avec un plaisir d’autant plus grand qu’ il paraît que je vais y recevoir un prix !

Je dédicacerai presque tous mes livres sur le stand des éditions Nathan vendredi après-midi, samedi et dimanche.

A bientôt!

(Re)Contes d’un autre genre

Si vous les aviez ratés, depuis leur première parution en 2011, c’est le moment de vous offrir l’édition 2017, revue, corrigée et magnifiée, de mes Contes d’un autre genre. Ce recueil, au contenu féministe assumé, on ne peut plus d’actualité, et sur lequel je ne compte pas me justifier, restera l’une de mes plus belles aventures éditoriales.

En librairie le 2 novembre, maquette et couverture rafraichies, textes dans leur version director’s cut (merci Laurence!), cette édition ne comprend plus le conte Perce-Neige et les trois ogresses, qui vit désormais sa vie tout seul en grand format depuis 2014 (et ressort également le 2 novembre!).

Aux deux autres contes du recueil initial, La Belle Éveillée illustré par François Bourgeon et Rouge-Crinière (mon favori) par Sylvie Serprix, vient s’ajouter un troisième : Les souliers écarlates, illustré par Nancy Ribard, formant un ensemble encore plus cohérent de princesses libérées, de soldats au grand cœur et de méchants démasqués.

Soutenus par Amnesty International, ces contes, parmi les plus personnels de mes bébés littéraires, modernes mais poétiques, accessibles dès 7 ans, semblent se jouer des modes et j’en suis immensément fier. Ce sont eux qui m’ont fait connaître auprès de nombreux lecteurs et professionnels du livre.

Par leur forme, leurs illustrations et le parcours que les éditions Talents Hauts étaient les seules à pouvoir oser leur offrir, ces contes sont atypiques sur tous les plans!

D’un autre genre, donc, mais merveilleux!

Revue de presse (extraits) :

« Dans ce formidable recueil, il est question de courage et d’amour, de sortilèges et de vengeance, de royaumes en danger. Ces trois histoires, brillamment écrites par Gaël Aymon, sont à la fois classiques et inclassables. » CITROUILLE

« Amnesty International soutient ces trois contes sensibles et intelligents.
Chacun d’eux est un hymne à la liberté pour laquelle elle ne cesse de se battre. »
  • Un détournement rafraîchissant et salvateur pour la future génération – LE FIGARO.fr
  • Coup de cœur des vendeurs FNAC
  • Une ode à l’individualité ! CÔTÉ MÔMES
  • Excellents ! LES MATERNELLES (France 5)
  • Audace et poésie. On adore ! VERSION FEMINA
  • Gaël Aymon bouscule avec humour et finesse les normes de genre. L’HUMANITÉ
  • Un très bel album intemporel qui va entrer dans les classiques. Gaël Aymon s’impose comme un des meilleurs auteurs de sa génération. LA MARE AUX MOTS

Le conte « La belle éveillée » fait l’objet d’une adaptation scénique par la Cie Anne ma sœur Anne.

Lectures toulousaines

Je serai avec Anne Bourgès et Marion Dinsen, ce samedi 7 octobre 2017 de 11H00 à 13H00, à la Librairie Ombres Blanches de Toulouse, pour une lecture-dédicaces autour de la parution des premiers tomes des Grandes Années et du conte d’un autre genre La Belle éveillée, adapté sous forme de spectacle musical par la compagnie Anne ma sœur Anne. (Représentations du 31 octobre au 4 novembre au Théâtre du Chien Blanc)

Mes Grandes Années!!!

Que le temps éditorial est parfois long! Ça faisait longtemps que j’attendais ce moment!

Le 21 septembre marque pour moi le début d’une nouvelle aventure, avec la parution du Philtre d’amour et du Vide-grenier, les deux premiers tomes des Grandes Années, série de romans illustrés pour les 7-11 ans, dans laquelle je me suis beaucoup investi depuis près de 18 mois.

Chaque tome, qui peut être lu indépendamment et dans l’ordre souhaité, a son atmosphère et sa couleur propres, dans ce qui se veut une série de romans de l’intime, tendres et drôles, avec une pointe de nostalgie.

Illustrées avec une tendresse enlevée par la toujours très juste Élodie Durand (je suis ravi de cette collaboration!), les aventures de Ness, Oscar, Ysée, Luce et Edvin feront, je l’espère, rire, s’émouvoir et grandir leurs lecteurs.

Merci à Mélanie, Claire, Ségolène et aux éditions Nathan Jeunesse, d’avoir porté avec moi tout ce petit monde (il y en a des personnages, des décors et des tomes à accoucher!) et pour leur bienveillance. Travailler sur ce projet a été, à plus d’un titre, un véritable défi. Je souhaite à ces deux premiers romans, et aux suivants, de très belles et de très grandes années!

En résidence

Une année très spéciale commence pour moi, puisque mon projet de résidence d’écrivain à la Librairie du Parc de la Villette a été retenu par le Conseil Régional d’Île-de-France, après un chantier préparatoire de plusieurs mois, qui en valait donc la peine, merci!

Dès septembre, me voici parti pour 10 mois de folie dans le parc de la Villette, un de mes lieux préférés de la capitale, qui continue de m’enthousiasmer à chaque nouvelle (et fréquente) visite, pour mille et mille raisons.

Au programme de cette année, et en vrac, un parcours spectateur au Théâtre Paris Villette ; des ateliers d’écriture avec des lycéens de Paris et de Pantin ; la création d’une adaptation théâtrale croisée de mes romans Ma réputation et Oublier Camille parus chez Actes Sud Junior, et qui sera jouée par des ados d’Île-de-France ; les représentations des adaptations théâtrales de mes Contes d’un autre genre parus chez Talents Hauts ; une conférence lors de la semaine de lutte contre les discriminations (juste après le salon de Montreuil, on va être frais!) ; des dédicaces

Enfin, parce que 70% de mon temps y sera quand même consacré, il y aura aussi l’écriture d’un nouveau roman dont je ne vous dirai rien, mais dont la complexité  me donne un peu le vertige.

En attendant que j’en donne des nouvelles, vous pouvez suivre dès à présent la résidence sur le compte Instagram qui lui est dédié:Merci à l’équipe Livre de la Région Ile-de-France, à celle de la Librairie du Parc (Vincent, Gwendoline, Marion et les autres), et à nos partenaires, le Théâtre Paris Villette, l’APSV, le Plan de lutte contre les discriminations, les lycées Diderot de Paris et Simone Weil de Pantin (et leurs super profs et profs-docs), les compagnies Spectabilis et Anne ma sœur Anne, et encore d’autres à venir… A très bientôt à tous!

La Villette, c’est chez moi!

Grande nouvelle avant l’été pour une grande année!

Durant toute la prochaine année scolaire, je serai en résidence avec la Région Ile-de-France sur mon site parisien favori : le Parc de la Villette (Je vais pouvoir vous en rebattre les oreilles sans craindre d’être taxé de chauvinisme)!

Une année avec les super libraires de la si beeeeelle Librairie du Parc, et des projets plus fous et motivants les uns que les autres, avec les acteurs culturels du parc et les lycées des alentours!

Merci immensément à Marion Revoyre qui a monté et défendu ce projet avec moi pendant de longs mois, juste avant d’être mutée à Arles. Marion, on pensera à toi! La Villette, c’est chez moi pour an! Yeepee!

Vous pouvez d’ores et déjà suivre la résidence sur le compte Instagram dédié : https://www.instagram.com/gaelaymon.residence/

Un seul livre?

Si l’émission « GRAND BIEN VOUS FASSE » du 14/06/2017, sur France Inter, n’avait qu’un seul livre à vous conseiller sur le harcèlement? Ce serait Ma réputation, bien sûr!

Chouette! Merci, Sonia Feertchak! 🙂

En podcast ici (à 49′) : https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse

Ça continue!

Ma réputation continue d’émouvoir les ados! Mon tout premier roman ado vient de remporter cette année le PRIX LITTÉRAIRE MARGUERITE-BAHUET 2017 de Brive et le PRIX LITTÉRAIRE JEUNES CALADOIS – SLAM TA LECTURE 2017! Merci les lycéens! 🙂

Mon « Best »

Comme me le disait l’une de mes éditrices, « C’est bien d’avoir un Best ! ».

Le mien, depuis quatre ans, c’est Ma réputation, le seul de mes livres dont les ventes soient aussi constantes, et même en hausse (parenthèse professionnelle et comptable, les estimations de ventes GFK, sur lesquelles les éditeurs – et certains auteurs – font parfois une fixette, ne prennent pas en compte les ventes en CDI et bibliothèques qui peuvent être très importantes pour certains livres, dont celui-ci!).

Traduit en coréen et étudié en cours de français par les lycéens allemands, il vient de remporter deux nouveaux prix : le PRIX LITTÉRAIRE MARGUERITE-BAHUET 2017 et le PRIX LITTÉRAIRE JEUNES CALADOIS – SLAM TA LECTURE 2017. J’ai rencontré près de 4.000 élèves autour de ce seul roman. Et je ne m’en lasse pas, car il touche souvent fortement ses lecteurs adolescents.

Quelque chose m’échappe avec ce livre, quelque chose que j’ai dû y mettre et qui leur appartient, à eux plus encore qu’à moi, et que les lecteurs ou prescripteurs adultes ne saisissent pas forcément. C’est donc qu’il s’agit bien prioritairement d’un roman pour ados, et non d’un roman pour adultes amateurs d’histoires adolescentes.

Il m’a aussi changé, moi, à force de rencontrer ses jeunes lecteurs. Abandonnant peu à peu armure et petits trucs d’animateur rôdé, je viens vers eux confiant, curieux de la place qu’ils m’offrent, même dans le débat, et touché à mon tour quand ils me parlent d’eux.

Car c’est là l’un des secrets de ce livre (et je m’adresse à vous, ado-lecteurs qui lirez peut-être ces lignes) : on vous le présente comme un roman sur le harcèlement, mais vous et moi savons qu’il parle également de bien d’autres choses. Et ce sont aussi toutes ces autres choses qui vous préoccupent lorsque nous nous rencontrons. Une fois libérés des listes de questions sur le thème imposé, vous me parlez de mille autres sujets, et nous cessons de ne parler que de moi, ce qui est un vrai soulagement ! Certains de nos échanges me donnent beaucoup d’espoir dans notre humanité, justement. Je pense en ce moment à des élèves de Goussainville, Vitré, Vendenheim, Nantes, Tignieu, Saint Junien ou Melle, mais il y en a tant d’autres !

Merci pour les likes, les lettres, les emails, les slams, les dessins, les vidéos, les textes de fins alternatives, mais aussi les tables sorties dans le jardin pour me faire prendre le soleil, les crêpes « maison » à emporter dans mon train, les exemplaires de mes livres volés au CDI et, surtout, les regards et les non-dits. Vous le savez, je n’avais pas envisagé d’être là. N’avoir rien prémédité n’en rend l’aventure que plus belle. Un livre peut effectivement changer une vie. La mienne l’a été durablement par celui-ci (et quelques autres).

Ne coupez pas les violons, je n’ai pas fini! Puisque je ne l’ai encore jamais fait ici, je vais remercier l’éditeur de ce livre, François Martin, chez Actes Sud Junior. Il m’a donc offert mon « best » actuel (et l’un des siens), en étant le premier, il y a cinq ans, à me faire confiance pour un roman ado, moi qui n’avais publié que pour les plus jeunes, et dont tous les éditeurs ne prenaient pas forcément la peine de lire les manuscrits. Merci, François, d’accompagner ce livre avec constance et sur la durée. Tous les éditeurs ne prennent pas cette peine non plus. Merci aussi à Fanny Gauvain pour son travail éditorial tout en patience et en délicatesse (je peux être très… pointilleux), et merci à Cathy Chamarty et Caroline de Salaberry qui ont toujours répondu présentes quand j’en ai eu besoin, perdu aux quatre coins du pays et même (surtout) un peu plus loin.

Ce roman – avec sa formidable couverture –  est ma carte de visite, mon sésame, ma baguette magique, dans bien des occasions. Il entraîne dans son sillage son petit frère Oublier Camille, chouchou de certains (et le mien).

Je savoure d’avance les années qu’il me reste à vivre de cette belle aventure, avec un roman qui a construit une partie de MA réputation d’auteur pour la jeunesse.

Golden Défi

Golden Valley fait partie des 40 livres jeunesse du Défi Babelio 2017-2018!
C’est la 4e année consécutive qu’un de mes romans ado y figure en catégorie Ado+ et j’en suis ravi.
Pour rappel, malgré son nom cet évènement n’a pas grand chose à voir avec le réseau Babelio, que le Défi n’utilise que comme support. Le Défi Babelio, ce sont des centaines de CDI de France, dont les documentalistes passionné-e-s font lire à des classes 40 livres sur une année, avec des productions critiques, artistiques et numériques, et une approche des côtés positifs des réseaux sociaux.

En littérature ado, libraires et salons ont souvent du mal à attirer un public large (de non habitués). J’en parle régulièrement avec leurs responsables. Souvent passionné-es, les professeur-e-s documentalistes connaissent ce public de près, le côtoyant quotidiennement, ce qui donne une valeur toute particulière à ce type de sélection, à mes yeux.
Une très belle sélection à découvrir ici :
https://www.babelio.com/liste/7823/Defi-Babelio-Ado2017-2018

Il est passé par ici, il repassera par là…

Bientôt ma dernière grosse semaine de déplacements avant l’été!

Les collégiens de Tignieu (près de Lyon) m’attendent mardi pour parler de Ma réputation et Oublier Camille, avant que je rejoigne Saint Junien (via Paris et Limoges) pour deux jours de rencontres de la maternelle au collège, lors du (déjà) très réputé festival Faites des livres. J’y retrouverai plein de chouettes collègues croisés ces dernières années et j’en rencontrerai quelques autres. Vous venez? (suivez le lien)

Il ne me restera plus qu’à rencontrer les collégiens de Nantes participant au Défi Babelio 2016-2017, avant les dernières dates de juin et beaucoup, beaucoup de nouveautés en librairie, pour tous les âges, dans les 12 prochains mois! Suspens…