Me voir à Montreuil 2016

slpj2016Ça y est! Du 1er au 5 décembre c’est le 32e Salon du livre jeunesse de Montreuil, notre festival de Cannes à nous! Et pour m’y voir, le mieux serait de passer lors de mes dédicaces plutôt qu’au hasard des allées :

#lundi 5 – Stand Actes Sud Junior 14h-15h30

#dimanche 4 – Stand Gallimard 17h-18h30

Sophie lit, je lis, lisez Golden Valley!

Chez Sophie Lit, c’est moi qui lis le début de Golden Valley, en plein salon de Montreuil 2016. Un peu trop rapide, comme à mon habitude, mais vous avez le droit de le lire vous-même pendant que je m’entraîne à réduire mon débit!

« Un roman engagé qui parle d’adolescence, d’ouverture sur le monde, d’amour passion et d’inégalité sociale (…) juste, puissant, ce roman dépayse, fait réfléchir et donne quelques frissons » Sophie Lit

Quelques mots avant de quitter Marrakech

 

Colmar

D’Ouest en Est… du (super) Salon du livre de Valognes au (super?) Salon du livre de Colmar A bientôt!

colmar

Perdre sa « jeunesse » à Marrakech!

Où est Gaël? Sauras-tu le retrouver dans cette image?
Où est Gaël? Sauras-tu le retrouver dans cette image?

Cela fait un moment que je voulais écrire un petit article sur ma tournée des lycées de Marrakech, en octobre dernier. Pourquoi ? Parce que, invité par l’Institut Français de Marrakech, j’y ai vécu une expérience nouvelle dans mon parcours d’auteur.

img_20161025_101213D’abord parce que je suis rarement reçu comme un ministre. Or ce fut le cas à Marrakech. Dattes et lait à la fleur d’oranger, pâtisseries, thés à la menthe, photographes (parfois caméras), tapis rouges, portraits encadrés, costumes de cérémonie, musique, dédicaces en rafales et pluie de selfies… Mais même les établissements dont l’accueil fut plus sobre m’ont touché tout autant. img_20161022_172701Car, le point le plus surprenant, pour moi, fut l’accueil réservé… à mon livre.

Je rencontrais des élèves d’établissements publics, des classes à section internationale mais dont le français n’était pas la langue maternelle. Les lycéens avaient pourtant lu Les héros oubliés, récit complexe et dont la plupart des références mythologiques (carolingiennes) leur étaient inconnues. Or les élèves comme les enseignants (et parfois les directeursimg_20161022_095509 d’établissement) avaient lu, disséqué et analysé le roman comme jamais.

Je rappelle qu’il s’agit d’une saga que l’on peut classer dans le vaste genre de la Fantasy, genre assez peu considéré en France, particulièrement dans le cadre scolaire. Pourtant, tous avaient effectué des recherches incroyablement complètes en amontmarrakech-6 (on m’a cité des interviews de moi dont je n’avais aucun souvenir, me mettant face à mes propres contradictions) et les questions étaient pointues. Jamais auparavant on n’avait interrogé mes livres à la lumière de Michel Foucault ou de Roland Barthes, ni pointé (très justement) le thème de l’acculturation dans Les héros oubliés.

mediathequemarrakechCeux qui connaissent le monde de la littérature jeunesse m’auront compris, ce n’est pas tant les honneurs qui m’ont flatté, que l’absence totale de condescendance vis-à-vis de mes romans. En un mot, le sentiment qu’ils étaient considérés comme des œuvres littéraires à part entière, et non comme de la littératuremarrakech-1 jeunesse. C’était inédit pour moi, et très troublant, d’être devenu, le temps d’un voyage, un écrivain tout court !

Merci du fond du cœur aux directeurs, enseignants et élèves des lycées El Maghreb el Arabi, Abou Abbas Sebti, El Oumnia, marrakech-3Youssef ibn Tachfine, et Mohamed V (où j’ai pu découvrir le visage du mystérieux Omar 😉 ) de m’avoir si bien reçu et considéré.

Merci à Claude et Élise, de l’Institut Français, à son Directeur et à tout son personnel (bibliothécaire, chauffeurs…) pour leur grande disponibilité et gentillesse. Et merci particulier à Camille de m’avoir guidé dans cette ville que je suis ravi d’avoir (partiellement) découverte grâce à elle !

شكرا جزيلا – shoukran jazilan – merci beaucoup

Chroniques dorées

couvmontage1Golden Valley commence sa vie sur une route pavée de chroniques en or :

Lirado : stars-php « Plume saisissante, pudeur, désir puissant, amour intense et ravageur. Un roman engagé et puissant. »

On l’a lu : « On connaissait déjà le talent de Gaël Aymon : celui de se glisser habilement dans la peau d’un adolescent d’aujourd’hui… Mais c’était avant de lire « Golden Valley ». Dans ce roman qu’on ne parvient décidément pas à lâcher, l’auteur exhibe avec adresse d’intenses et frénétiques sentiments (…) sans jamais verser dans le déchirant ni le larmoyant. Une relation passionnée, fiévreuse, sensuelle et impudique (…) Ce qu’éprouve le héros de Gaël Aymon est pur, intact, unique, et l’on s’y retrouve parfaitement. »

Des livres et vous : stars-php « Toujours aussi juste et engagée, j’aime la plume de Gaël Aymon qui prête ses mots aux jeunes et dit ici l’amour physique et fusionnel« .

Blogamoi : « Le jeune étudiant insouciant se transforme petit à petit en citoyen curieux et les dernières pages du livre sont incroyablement positives et pleines d’espoir. Une conscience est née. Parions qu’il en soit de même pour nos lecteurs après avoir refermé cet ouvrage… »

New Kids on the geek : « Un style brillant. Maximilien a su me toucher de multiples façons. Le voir chuter a un côté fascinant »

Bob et Jean-Michel : « Le roman d’une jeunesse dorée où les certitudes s’effondrent, où le vernis de la richesse se craquèle pour laisser entrevoir une réalité insoupçonnée. Un éveil au monde intéressant. » 

PAGE des libraires : « Un roman indispensable pour comprendre le monde et se révolter. »

Allez vous faire lire : « Un roman court et sensuel d’apprentissage du monde sous un ciel exotique »

Sélection rentrée littéraire ado 2016 de Lirado

CONCOURS Golden Valley!

LARGEbandeaux-CONCOURS-GoldenValleyConcours Facebook! 5 exemplaires de Golden Valley à gagner en commentant, dans son album photo, le seul des 9 clichés pris par Maximilien qui n’a pas été fait en Birmanie. Vous avez jusqu’au 9 à midi. Attention aux pièges!

Widget-FB-Max copieLes plus débrouillards trouverons des indices sur la page Facebook fantôme de Max, le héros du roman. 😉

Golden Valley – en librairie le 15 septembre.

Golden Valley!!!

Golden-couv-PAGE« Quand une rencontre amoureuse bouscule tous les repères et fait émerger une conscience politique, sociale, individuelle…

On se révolte et on vibre avec Max d’un bout à l’autre de ce roman intense au parfum d’exotisme. »

Golden Valley, mon nouveau roman jeunes adultes (le premier chez Gallimard Jeunesse), paraît dans la superbe collection Scripto, le 15 septembre.

Drame sensuel sur fond social et politique, il est le fruit d’un long et passionnant travail, et je l’aime vraiment beaucoup!

Widget-FB-Max copieVous pouvez fureter sur la page Facebook fantôme de Maximilien, le héro du roman, en remontant dans le temps grâce aux photos de son séjour birman.

On parle déjà de Golden Valley sur la toile, ici ou là. Et vous, qu’en penserez-vous?

  • Allez vous faire lire : A guetter en 2016! Un roman court et sensuel d’apprentissage du monde sous un ciel exotique.

Bientôt la rentrée des cours de récré

9782362661716_PLACE_COUR_CV_EXE.inddBientôt la rentrée des cours de récré! Et sortie aujourd’hui d’une énième réimpression de mon premier roman junior, Une place dans la cour, illustré par Caroline Modeste, sous les nouveaux atours (plus luxueux) de la collection Livres et égaux des éditions Talents Hauts. Un de mes best-sellers dans cette maison d’édition, dont le succès (celui du livre comme celui de l’éditeur) ne se dément pas! 🙂

Télécharger la fiche pédagogique du SNUipp (pages 127 à 132).

  • PRIX TARTINES FRAISES 2013 6-9 ans d’Aulnat (63)
 ANNIVERSAIRE-couv-BOUTONL’anniversaire à l’envers, la suite des aventures des héros est aussi disponible!
UnLugarEnElPatio-couv
Amérique Latine et USA

En 4e, lire Musset, Hugo et… Oublier Camille!

Oublier Camille fait officiellement partie des 4 romans en accompagnement du nouveau programme 2016 de l’Éducation Nationale, lectures cursives jeunesse, des classes de 4e : « Dire l’amour, dire l’absence »!

J’en suis encore stupéfait et ravi, surtout ce roman-ci, recommandé avec John Green, juste sous Sand, Musset et Hugo. 🙂IMG_20160628_170044

Mon 3e Défi Babelio!

40 romans à lire en une année scolaire, des créations multimédia et des échanges, c’est le Défi Babelio, dont Ma réputation et Oublier Camille faisaient tous deux partie de la prestigieuse sélection cette année. Un beau projet et un beau défi proposé depuis 4 ans par des documentalistes motivé(e)s et qui prend une ampleur de plus en plus impressionnante.
Pour 2016-2017, les ados ont voté pour les 8 titres (sur 40, donc) qui méritaient de rester dans la nouvelle sélection.
Et Oublier Camille rempile (en très bonne place) pour une 2e année, parmi 39 romans de très grande qualité! Voilà qui me réjouit. Merci !

La sélection est ici (j’y ai beaucoup d’amis) : http://www.babelio.com/liste/6448/Defi-babelio-Ado2016-2017

DEFI BABELIO 2016 CREATIONS

2 fois l’île d’Aix et 7 fois la fille!

COMPOSITE ILE DAIX 2016Comment mieux achever une saison de salons que par le plus beau ? Aix-Libris, salon du livre jeunesse, sur l’île d’Aix.

Il y a eu les trajets avec Sandrine dans la voiture de ses parents (sans qui les grèves nous auraient condamnés à regarder avec amertume les photos du salon sur Facebook) et nos gaufres-sucettes sans Nutella, le gang des tisanes et des goûters monté avec Pascale (mon plan B), les photos compromettantes d’Anne-Gaëlle (On a bien dit : pas sur le Net !), le loto ardéchois de Gaia, les sablés au gingembre de Stéphane, les avocats d’Aurélie (« Mais où est passé Vincent? »), le quart de famille d’Eric et Pascale, les idées de titres de Vincent, et 1000 enfants sur une île de poche, pendant quatre jours.

On a parlé féminisme et coiffure, régime carné et couvertures de roman, football et érotisme, et j’ai eu droit à une formation accélérée sur League of legends (de l’utilité d’avoir des ados dans son entourage quand on écrit sur eux 😉 ).

COMPOSITE ILE DAIX 2016 - 3Comment ne pas remercier Vanessa, Hélène et Serge, et toute l’équipe du salon, d’avoir de nouveau permis cette alchimie, ce cocon de douceur et de joie de vivre même sous la pluie, petit refuge pour auteurs fatigués, avec tant de respect, de simplicité (et de travail aussi) ? J’ai été très touché de rencontrer les nombreux élèves ayant participé au concours de nouvelles dont j’étais le parrain cette année et de discuter avec eux.

3livresClin d’œil à Sandrine et Aurélie, indéfectibles compagnes de toutes ces délicieuses baignades, iodées ou chlorées, qu’il chauffe ou qu’il vente.

Je rapporte dans mes valises trois livres dédicacés très différents mais qui, après lecture, ont un autre point commun que d’avoir des auteurs sympas : ils sont merveilleux !

Enfin, j’écope de quelques titres de romans sur lesquels je dois plancher. Pas sûr d’avoir fait la bonne pioche. Pour moi ce sera donc : Survivre à Vincent et Je ferai la fille, cette fois (A moins que je n’opte pour la variante Faire la fille 7 fois)! Bon, ne vous étonnez pas de ne pas avoir très rapidement de nouvelles de ces projets !

Aix-Libris c’était bien. Vive les salons, le travail d’écriture devant soi, et vive les vacances !

COMPOSITE ILE DAIX 2016 - 2

Le Brésil bousculé et enchanté

Segredo-Trad« Il nous faut parfois une bonne histoire pour bousculer notre perception de la vie. (…) Gaël Aymon m’a donné ce cadeau aujourd’hui. Il m’a rappelé que notre pouvoir vient de la pensée et que cette pensée nous amène à transformer nos actions. Nous ne sommes, après tout, que la pluie qui tombe et l’eau de la feuille verte, tous reliés dans une relation intime et de nécessité vitale. (…) Un livre enchanteur! »

La version brésilienne du Secret le plus fort du monde continue de faire réagir sur la toile. C’est au tour de todahoratemhistoria.com et ABCD Maior de publier une excellente critique de cet album qui n’en finit pas de me surprendre. Merci Pénélope Martins!

 

Une excellente réputation marocaine

JACARANDA-2016
Avec un taux d’ensoleillement maximal, des locaux vastes et confortables, des équipements comme je n’en ai encore jamais vu en France, des CDI pleins de livres… Oui, ils font peine à voir ces collèges et lycées français du Maroc!

Quelle drôle d’expérience que cette tournée marathon du Maroc, à laquelle j’ai été convié par le Prix Jacaranda. D’abord parce que je n’étais pas lauréat! Certes, on m’a dit que Jean-Claude Mourlevat (et son excellent « Silhouettes« ) n’avait qu’une seule voix d’avance sur Ma réputation, mais je dois surtout mon invitation à son indisponibilité à ces dates. Qu’il en soit donc remercié 😉

Ensuite, parce que c’était la première fois que je rencontrais des classes hors d’Europe, mais aussi que je foulais du pied le sol du Maroc, du Maghreb, et même du continent Africain. Une sacrée première, donc!

Je dois dire que le rythme des rencontres (quinze classes en trois jours et demi, sur trois villes) ne m’a pas laissé le temps de faire beaucoup de tourisme, et que je ne rentre ni bronzé ni reposé, mais l’accueil des documentalistes a été parfait, chaleureux et je reviens ravi. Des coups de cœurs pour Oublier Camille ou Les héros Oubliés dans chaque établissement, des élèves attentifs et vivants, des profs enthousiastes, certaines classes ayant fait jusqu’à 4 heures de transport pour venir me rencontrer. Merci encore à Catherine et Servane pour le trid au poulet, à Amine et Marie qui ont pris sur leur temps pour me faire visiter la mosquée et l’ancienne Médina de Casa, celle de Rabat, le Chellah, les Oudaias, et même l’expo Giacometti!

Je garde aussi le souvenir de questions originales d’élèves, comme « Est-ce que la littérature jeunesse est un cheval de bataille?« , et d’un élève de Marrakech qui m’a dit que j’étais « aussi bon animateur qu’auteur« . Je remercie donc les années d’animation d’anniversaires, de flicage de cours de récré et de gestion d’ateliers théâtre jeunesse qui m’ont préparé intensivement à ce versant inattendu du métier d’écrivain.

Bref, malgré l’avion, je reviendrai avec un immense plaisir. On me murmure d’ailleurs que cela ne devrait pas tarder 🙂

Paillettes et clap de fin!

Quelle meilleure clôture de ma saison de rencontres Incos que cette dernière séance à Vizille?IMG_20160520_151050Ici ce sont les élèves de tous les niveaux qui défilent toute une journée dans la salle polyvalente transformée en cabaret, pour y livrer les saynètes, films, lectures et dessins qu’ils ont réalisé à partir de tous les livres de la sélection Incos de l’année. Il y avait du très très bon, beaucoup de monde et beaucoup d’énergie. Tout ce qui rend vivant les livres, qui crée du lien, de l’inter-tout-ce-que-voulez-comme-mot-à-la-mode (générationnel-culturel-disciplinaire…). Alors, si en plus, vous mettez des paillettes, forcément, j’adore!

Les Incos, c’est fini pour moi, puisque je ne pourrai être présent à la cérémonie du palmarès. Et je vois approcher la fin de cette très, très dense saison de déplacements avec soulagement (je l’avoue) mais aussi avec un étrange sentiment de griserie qui mettra sûrement un moment à se dissiper. Allez, encore trois escales, et je ne bouge plus!